L’histoire de la bague de fiançailles de la plus célèbre des reines: Elisabeth II

Elisabeth II, la reine d’Angleterre possède probablement pas mal de bijoux de valeur mais il y en a un qui suscite particulièrement les curiosités et dont elle ne se sépare d’ailleurs jamais : sa bague de fiançailles qui recèle bien plus d’histoires qu’on ne le pense. Voici justement ce qu’il y a à savoir à propos de cette magnifique bague royale que l’on peut admirer à l’annulaire gauche de sa majesté :

 


Les fiançailles

Les fiançailles

Les fiançailles

C’est à Philippe de Grèce et de Danemark que la jeune Elisabeth II se fiance alors qu’elle n’a que 21 ans. Cela se passa le 9 juillet 1947 avec un mariage prévu pour le 20 novembre de la même année. Cette union s’est faite par amour et son époux accepte alors de céder ses titres royaux ainsi que son appartenance à l’Eglise orthodoxe de Grèce afin de devenir Philippe Mountbatten, tiré du nom britannique de sa mère.

 

Des diamants chargés d’histoire

La demande en mariage s’est faite avec un solitaire de 3 carats, orné de cinq diamants de chaque côté, incrusté dans un anneau de platine. A l’époque, elle n’est pas encore reine d’Angleterre puisque la belle Elisabeth II ne montera sur le trône qu’en 1952. Les diamants qui ornent la bague avec élégance ne sont pas ordinaires : ils proviennent tous d’un autre bijou royal et exceptionnel ayant appartenu à la princesse Alice de Battenberg, la mère de Philippe. Il s’agit de sa belle tiare. La mère du roi Philippe n’est autre que l’arrière arrière-petite-fille de la reine Victoria. Elle a consenti à ce que son fils épouse la princesse Elisabeth en 1946.  Avec un sang bien royal, la famille n’est pourtant pas très riche et c’est pour cela qu’Alice de Battenberg a décidé de céder sa tiare unique à son fils pour qu’il puisse utiliser les diamants pour composer la bague de fiançailles. C’est le joaillier londonien Philip Antrobus Ltd. qui en est alors le designer recommandé par son oncle Earl Mounttbatten. Il se met alors à démanteler la fameuse tiare en vue d’en faire une bague de fiançailles qu’il souhaite discrète et sobre. Il décide également de faire confectionner un bracelet qu’il offrira à la future reine en guise de cadeau de mariage avec le reste des diamants de la tiare.

 

Un anneau trop large

Un anneau trop large

Un anneau trop large

Une fois la bague confectionnée, elle est resplendissante et exactement comme Philippe l’avait imaginé sauf qu’elle est beaucoup trop grande pour l’annulaire gauche de sa belle. Malheureusement, on ne s’en est rendu compte que le jour de la fameuse demande en mariage lorsqu’Elisabeth enfila son anneau précieux. On décide alors de faire retailler le bijou, ce qui s’est en fait au bout de deux jours seulement. La future reine a donc pu arborer fièrement sa bague lors du garden party donné à Buckingham Palace le 10 juillet 1947, au cours duquel l’annonce officielle des fiançailles du couple a été faite.

 

L’origine de la tiare royale

Cette bague de fiançailles dont l’histoire est peu commune provient d’une tiare royale qui, elle-même, est un cadeau de mariage au cours de de l’union d’Alice de Battenberg avec André de Grèce et de Danemark en octobre 1903. C’est le dernier empereur de Russie Nicholas II et son épouse l’impératrice Alexandra de Russie qui sont à l’origine de ce beau cadeau de mariage.

 

Conclusion

La reine d’Angleterre, Elisabeth II, aujourd’hui encore, est fière d’arborer sa fameuse bague de fiançailles à son annuaire gauche. Ce bijou riche en histoire alimente même les rumeurs selon lesquelles la reine faisait tourner l’anneau autour de son doigt pour faire comprendre à son staff qu’elle souhaite se débarrasser d’un invité.

 

 

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire